background img

La course à pied causerait-elle la fausse couche ?

J’avais l’habitude d’écrire ici un article sur le sujet de vos questions les plus fréquentes, respectivement, des opinions sur ma course à pied pendant la grossesse. La question la plus posée était la suivante : « Qu’allez-vous écrire après une fausse couche ? » Je répondais que si cela se produisait :

  1. Je sais que ce n’était pas pour courir.
  2. Je vais écrire à ce sujet parce que je suis un journaliste spécialisé, et je pense que ces sujets devraient être abordés.
  3. Quand je retomberai enceinte, si tout va bien, je courrai à nouveau.

Et c’est là. Ça m’est arrivé. Et je réalise ce que j’ai promis. Bien sûr, je préfère ne pas avoir à l’écrire. J’ai fait une fausse couche.

A lire également : Comment exclure une grossesse détenue ?

C’est arrivé dans la nuit du samedi au dimanche 30 juillet 2017. Je ne savais que j’étais enceinte pendant quelques heures. Samedi matin, nous sommes sortis avec mon mari et avec mon fils pour le mariage d’un ami, j’avais quelques jours de retard. Cela ne m’a pas donné, et bien qu’un médecin m’ait dit un jour de passer le test jusqu’à au moins une semaine après la période retardée, je suis allé faire pipi dans le journal 🙂 Et c’était positif ! J’ai calculé que je ne devrais être que dans la cinquième semaine, donc le temps de consulter le médecin était (je recommande d’aller jusqu’à 7 semaines, quand le cœur commence déjà à piler, et vous savez que c’est « tout » ok. Et surtout plus tôt, le fœtus peut même ne pas être vu à l’échographie.) Je me sentais bien, comparé à la grossesse avec Sebík, lorsque j’ai ressenti des symptômes immédiatement, n’était rien pour moi. Nous avons apprécié le mariage en toute tranquillité et nous nous sommes couché très vite. La nuit, cependant, j’ai senti la chaleur, la température, je transpirais et quand je suis allé aux toilettes le matin, du sang est apparu. Le premier lundi matin, j’ai appelé le médecin, vous m’avez demandé un examen. L’échographie n’a plus rien montré, l’auto-avortement a déclenché. Selon la couleur du sang (dit « avortement ») je elle était vraiment enceinte. Le médecin m’a dit quelques informations substantielles et, surtout, « réconfortantes » :

  1. Si vous n’avez pas autant suivi votre retard de règles et que vous avez passé un test immédiatement, il y a des chances que vous ne reconnaissiez même pas que vous étiez enceinte. Vous seriez juste en retard dans vos règles, et vous seriez probablement un peu plus fort et plus douloureux.
  2. De cette façon, dès le début, et surtout dans l’ignorance, il bat d’innombrables femmes. Et comme ils ne savent même pas qu’ils étaient enceintes, ils ne peuvent pas être calculés statistiquement.
  3. Sachez que les avortements à ce stade précoce sont très fréquents et pratiquement déjà courants, seules les femmes ne sont pas au courant ou ne parlent pas d’eux !
  4. Vous n’avez pas besoin d’aller à l’hôpital pour le nettoyage, vous n’avez pas besoin d’attendre la « puerone », vous pouvez essayer immédiatement un autre bébé !

Même si ça fait mal, j’ai été soulagé. Je ne suis pas le seul. au début, nous n’avons rien à attendre et nous pouvons continuer à essayer ! Bien que c’est vrai que nous avons attendu un mois. C’était la cinquième semaine, mais c’était une sacrée douleur ! Je me suis même souvenu qu’au moins une fois, j’en ai fait l’expérience. Qui sait, j’ai peut-être déjà fait une fausse couche à quelques reprises.

A découvrir également : Pourquoi pleurent-ils quand vous les quittez ?

Revenons maintenant à la raison pour laquelle j’ai commencé à écrire cet article. La dame qui m’a écrit cette requête y faisait allusion, je suppose que je ne me demande pas quand je fais une fausse couche, quand je cours, que je fais de l’exercice et que je ne me limite pas du tout. Eh bien, tout d’abord, mon opinion ne change rien, la course à pied et l’activité physique à laquelle je suis habitué pour l’avortement ne peuvent pas ! Comme le médecin m’a dit, l’avortement dû à la course à pied n’a jamais été prouvé. Surtout au début, lorsque le fœtus est protégé par toutes sortes d’emballages et surtout par le plancher pelvien. Un risque beaucoup plus élevé est alors nécessaire de trébucher lorsque vous courez avec un grand nombril. Une chute éventuelle sur le ventre pourrait avoir un effet négatif sur Baby Shower. Mais même les médecins ne sont pas au courant d’un tel cas. Pourquoi ? Parce que chaque femme qui perçoit son corps pendant la grossesse sait ce qu’elle peut se permettre. Et, malheureusement, vous pouvez descendre les escaliers…

Le paradoxe, bien sûr, c’est que cette fois, je n’ai presque pas fait de sport du tout, j’avais tellement de travail, nous étions en vacances… donc même si vous ne me croyez pas les lignes précédentes, cela les confirme définitivement. Et comme le dit mon médecin, et je le répète souvent ici, s’il y a quelque chose qui ne va pas chez le fœtus et que vous êtes censé faire une fausse couche, vous allez faire une fausse couche. Et cela ne vous aidera pas si vous vous couchez chez vous au lit, les pieds levés ! C’est peut-être difficile, mais c’est le cas.

Je ne souhaite pas avorter à personne, mais s’il vous a rencontré, s’il vous plaît, n’ayez pas peur d’en parler, vous pourriez être surpris que vous ne soyez pas le seul, et à quel point c’est malheureusement « courant »… J’en parlais et je n’ai pas assez de me demander combien de personnes me répondant que cela leur est arrivé aussi ! C’est triste, mais ça va vous calmer un peu…

Catégories de l'article :
Bébé
Show Buttons
Hide Buttons